Légion d’Honneur Civile Hongroise, 2013

Le 10 février de cette année et pour la deuxième fois, le Cercle Ars Humanica Hungarica a décerné la Légion d’Honneur Civile Hongroisepour honorer des personnes exceptionnelles et l´a remise à l´Óbudai Társaskör (Club Alt-Buda), dont les activités reflètent des valeurs humanistes nobles.

Cette année, le prix revient à titre posthume au violoniste Sándor Fehér qui est mort en essayant de sauver des enfants au milieu de la panique générale sur le navire de croisière en naufrage „Costa Concordia“.

Paul Gulda

L´autre prix revient à une association civile du Burgenland nommée RE.F.U.G.I.U.S. (Rechnitzer Flüchtlings- und Gedenkinitiative und Stiftung/Initiative commémorative et de réfugiés de Rechnitz et fondation). A la place des habitants hongrois, cette association, créée spontanément, a repris la triste mission d´édifier un mémorial pour environ 200 travailleurs forcés juifs hongrois qui ont été tués dans la nuit du 24 mars 1945, lors du massacre de Rechnitz par les invités d´un bal donné par la Comtesse Margit Batthyányné Thyssen-Bornemissza et par les habitants des environs. Les corps des victimes ont été enfouis à un endroit inconnu (inconnu aujourd´hui encore) afin que le dernier hommage leur soit refusé. Sans aucune aide du gouvernement hongrois, l´association continue à chercher les tombes inconnues.

Après la cérémonie d´ouverture, Gábor Görgey a tenu un discours sur le rôle de l´humanité et de l´honorabilité qui devient de plus en plus pâle au sein de la société civile. Ensuite, s´ensuit un bref discours de Zoltán Sumonyi concernant la famille Batthyány. Il évoqua une conversation curieuse entre Boldizsár Batthyány (1538-1590) et son chapelain qui prenait les commerçants néerlandais (juifs) engagés sur le domaine et les potiers habanes (anabaptistes) pour des hérétiques qui allaient détruire la seule vraie église. „Laissez les grandir s´ils en ont le talent!” – répondit Boldizsár Batthyány en affichant ainsi une attitude libérale inhabituelle pour le 16ième siècle.

Gábor Iványi a tenu l´éloge deSándor Fehér et a souligné que le sacrifice le plus précieux de l´humanité est le sacrifice personnel. Pour le prix de Sándor Fehér, son frère Róbert Fehér a exprimé ses remerciements etsouhaite que ce prix soit remis à l´avenir de préférence aux vivants et non pas aux défunts.

Ildikó Iván

Szabolcs Szita a félicité RE.F.U.G.I.U.S. pour les activités de l´association qui a représenté une image historique des cruautés passées pendant les derniers jours de la guerre qui ont conduit à des meurtres collectifs aux zones frontalières hongroises de l´ouest comme par exemple à Rechnitz, Kőszeg et à d'autres endroits. Le vice-président de l´association Paul Gulda a présenté ses remerciements pour le prix et a expliqué les activités réalisées jusqu´à ce jour et les plans d´avenir de l´association.

A la fin de son discours, Gábor Vadász a parlé deses relations familiales relatives au massacre de Rechnitz. Il a évoqué ses propres efforts et son expérience personnelle lors de la découverte des tombes inconnues de son père et de son frère jumeaux ainsi que de la haine et du rejet qu´ils ont connus sa mère et lui dans les années soixante-dix.

Les plaquettes ont été conçues généreusement par les mêmes artistes que l´année dernière.

Dans le cadre du programme culturel musical, la chanteuse privée de l´Opéra  d'État Hongrois, Ildikó Iván  accompagnée par Paul Gulda au piano ont présenté deux chansons: la „Nuit d’étoiles“ de Debussy et „Wie sollten wir…“ de Richard Strauss. Ensuite, le pianiste Paul Gulda a joué le morceau pour piano „Funérailles“ de Franz Liszt que le musicien a composé en 1849 à la mémoire de Lajos Batthyány.

Une centaine de personnalités importantes de la vie culturelle et de la société hongroises ont assisté à l´évènement et à la réception qui suivit.

La presse numérique ainsi que la presse écrite ont parlé plusieurs fois de cette cérémonie (cf. index du menu, médias).