Légion d’Honneur Civile Hongroise, 2017

Créé par des scientifiques, personnalités ecclésiastiques, artistes et membres du milieu artistique, le Cercle Ars Humanica Hungarica, association intellectuelle représentant et prônant les valeurs fondamentales humano-chrétiennes a cette année encore et pour la sixième reprise décerné ses distinctions de la Légion d’Honneur Civile Hongroise qu’il a lui-même fondée.

Cette fois-ci la cérémonie s’est déroulée au Club d’Art Le Nid, et c’est devant un large public que l’écrivain et poète Gábor Görgey a prononcé en guise d’ouverture un discours lourd de sens et accablant sur la société hongroise actuelle, les personnes influentes de son système de santé et l’inhumanité avec laquelle elles ont poussé Mária Sándor, l’ « infirmière en noir » et figure iconique qui avait reçu la distinction l’année dernière, cette Jeanne d’Arc du système de santé hongrois en pleine décomposition, à commettre sur sa personne une tentative de suicide après lui avoir rendu impossible les conditions de son existence matérielle, ce avec une indolente indifférence.

Ensuite, le poète Zoltán Sumonyi a exposé la situation historique de la Hongrie, dont la date a été choisie pour cette cérémonie, à travers le destin de Lajos Batthyány, Premier ministre martyre du premier gouvernement hongrois indépendant.

La première distinction a été attribuée au Mouvement des Monuments Animés, pour le courage civil dont les membres et activistes font preuve dans leur manière constante de proclamer la vérité en manifestant publiquement depuis des années contre les falsifications historiques de l’Etat, et ainsi préserver l’honneur de la nation hongroise.

Pour faire leur éloge, le politologue László Lengyel partant de ses propres souvenirs a parlé de la responsabilité que n’ont jamais endossée ceux qui jusqu’ici auraient dû s’en acquitter, et dont les descendants pourraient leur demander : « Qu’as-tu fait, Père ? Où donc étais-tu au moment où il aurait fallu agir ? »

Le Dr Ferenc Donáth, médecin-chef cardiologue a reçu la seconde distinction pour l’humanité civile dont il fait preuve avec d’autres en portant assistance aux réfugiés fuyant les atrocités de la guerre et ainsi depuis des années préserver l’honneur de la nation hongroise.

L’historien Béla Pomogáts a formulé son éloge en colorant son discours d’anecdotes puisées dans les souvenirs d’une amitié de longue date.

Les deux lauréats se sont chacun vu attribuer un beau présent de valeur offert par l’artiste-peintre-graphiste-émailleuse d’art sur céramique et métaux Judit Gőcze.

Dans la première partie du spectacle musical qui s’en est suivi, László Fekete premier cantor de la Grande Synagogue de la rue Dohány a interprété avec sa puissante voix un kaddish ancestral.

Puis la plus grande attention s’est portée sur Ildikó Iván, soliste au Grand Opéra de Hongrie et sa splendide interprétation en soprano colorature de l’air composé par R. Strauss : Dévotion, ainsi que de l’Air des bijoux extrait de l’opéra Faust composé par Gounod.

Pour finir, le directeur du Club d’Art Le Nid, Tibor Galambos a exprimé sa joie quant au déroulement de ce bel et riche événement et a réitéré sa proposition de le tenir à l’avenir aussi en ce lieu.

Ádám Csillag a immortalisé la cérémonie de remise des prix dans un superbe film vidéo : https://youtu.be/oAH7f_7huvI

La cérémonie s’est clôturée par un agréable cocktail.